L’éradication des médiocres, mode d’emploi

“Être rock’n’roll, c’est être incapable de tolérer ce qui est médiocre”. La citation est connue et attribuée à Joe Strummer. Elle sied parfaitement également à Gilles Pemmers, musicien belge (vu dans Nervous Chillin’ et An Orange Car Crashed, entre autres) qui se fait aussi remarquer depuis quelques temps sur YouTube au travers de vidéos sans complaisance et dopées à la rock’n’roll attitude, la vraie.

Dans sa dernière capsule, Gilles réserve un traitement approprié (un peu à la manière de ce qui se faisait jadis sur Pop-Rock.com) aux disques de pathétiques personnages comme Maître Gims, l’imposteur Stromae, les neuneus Muse, les ringards Fréro Delavega, le has been gnagnan Phil Collins, ou encore les blaireaux d’Indochine. Sublimation, blog en demi sommeil mais toujours à l’affut de beaux gestes rock, apprécie beaucoup la demarche et souhaitait la partager avec vous. Ce n’est peut-être pas très malin mais ça défoule !

David Bowie – ‘Blackstar’ (chronique spontanée)

David Bowie Black Star

Chroniquer un album ancien sur lequel tout a été dit et redit est un exercice relativement facile à réaliser car de nombreuses sources (livres, articles de presse, documents sonores ou vidéos) sont disponibles et il suffit d’en compiler les informations pertinentes pour produire une rétrospective acceptable. Cela donne des papiers comme ceci, comme cela, ou même ceci, avec une approche quasi historienne d’une œuvre musicale. C’est éventuellement intéressant à lire, cela peut inciter le lecteur profane à prêter une oreille au disque dont il est question, ou donner envie au  vieux fan connaisseur d’aller rechercher son 33 tours poussiéreux au grenier, mais cela n’apporte pas grand-chose à la somme des connaissances déjà publiées sur le sujet. Une autre approche de la chronique musicale est d’aborder l’objet sans en parler vraiment, en restant dans l’évocation, ou sans qu’il s’agisse du thème central du texte. Cela donne des articles plus radicaux comme ceci (autofiction) ou cela (outrance), inévitablement moins instructifs (quoique) mais divertissants et – à tout le moins –  surprenants car totalement à contre-courant des standards de la rock-critic à la papa (cf. Rock&Folk et cie). Une autre approche, moins aisée, consiste à écouter un album le jour de sa sortie, sans rien en avoir entendu au préalable et surtout sans rien avoir lu à son propos, et de se donner pour consigne de partager ses impressions, plage après plage, après une seule écoute (une seule !) de chaque titre, sans avoir le temps de le disséquer ni de se documenter  à son sujet. Cela donne une chronique live, totalement spontanée, à l’instar de celle ci-dessous, réalisée hier et partagée en direct avec mes amis sur Facebook (merci d’ailleurs à eux pour leur participation active pendant l’exercice).

Blackstar Jérôme Delvaux Facebook

01 Blackstar : La plage titulaire place la barre très haut avec cette succession de séquences distinctes, des ruptures de rythme, un saxophone hanté qui semble chercher sa place dans un décorum synthétique quasi lynchéen. Et surtout une voix habitée, comme extirpée du néant ou revenant d’entre les morts. Bowie est pourtant bien vivant et cette chanson, une sorte de longue complainte lyrique post-moderne, est sans l’ombre d’un doute l’une de ses plus envoutantes depuis… Scary monsters en 1980. Durée du morceau: 09:57.

02 ‘This a pity she was a whore : Batterie bien en avant dès l’intro pour un titre énergique et classieux en diable. Le saxophone, relativement discret sur le premier morceau, s’emballe et amène cette chanson vers des sommets. Bowie se la joue expérimental avec une fusion d’influences jazz et rock créant un cocktail absolument magique.

PS: Cette chanson doit s’écouter TRES FORT.

03 Lazarus : Une intro à la Cure circa 1980, de la mélancolie, une voix absolument sensationelle (Bowie n’a sans doute jamais aussi bien chanté depuis au moins… Station to station). Ce morceau est une tuerie absolue, un des meilleurs tracks de l’artiste depuis une éternité. J’en bande sur place, c’est hallucinant. Ce mec est un dieu ! On n’attendait absolument plus rien de lui et voilà qu’il surclasse à nouveau TOUT LE MONDE !

04 Sue (Or in a season of crime) : Un rythme endiablé, ça pète de partout, guitare, basse, batterie, tout claque et Bowie pose ses vocalises majestueuses comme l’ULTIME réel aristocrate du rock qu’il est incontestablement depuis la mort de Lou Reed. A l’écoute d’un tel morceau, on a juste envie de s’incliner et de dire « Bravo, Maître ».

PS: Mais combien de bras a ce batteur ?!

05 Girl loves : Cela ne ressemble pas à Alabama song mais cela me fait penser à Alabama song par la manière dont Bowie scande ce refrain simplement imparable. Mon dieu, le Bowie de 2016 serait-il redevenu aussi excitant que celui de, au hasard, 1977 ? C’est à peine croyable.

06 Dollar days : Un piano tristounet vite rejoint par un saxophone qui sonne comme la fraicheur de la rosée du petit matin, tu parles d’une intro ! Bowie nous place ensuite un chant plein de nuances digne de sa période Hunky Dory (carrément !). On est vraiment dans le sommet : un chanteur au top du top de son potentiel et qui touche quasi au divin. Alors on se tait, on écoute et on applaudit.

07 I can’t give everything away : Un morceau plus conventionnel pour conclure et qui, pour ma part, évoque quelque peu l’ambiance de Heathen (un album méconnu et mésestimé de 2002 que j’adore !). La voix se la joue cette fois aérienne et émouvante, un peu à la Everyone says hi, si vous voyez ce que je veux dire. Belle conclusion d’un album qui donne la leçon à peu près à TOUS les artistes de la scène pop-rock contemporaine. Le patron est toujours le patron. Dont acte.

Conclusion: Cet album que personne n’attendait replace David Bowie à la première place sur le podium des icônes rock vivantes et en activité. Si ce Blackstar était son chant du cygne, il est simplement majestueux et l’artiste de 69 ans peut maintenant se retirer avec la certitude d’être sorti par la grande porte. A l’écoute d’une telle plaque, on a juste envie de l’appeler MONSIEUR Bowie et de le supplier d’encore nous en livrer d’autres… Please, please, please, comme implorait James Brown. Et moi de crier « One more, one more » comme lorsque je l’ai vu en concert à l’hippodrome d’Ostende en 2002 (souvenir ému). David Bowie, merci de continuer à nous surprendre de la sorte et de parsemer nos vies banales de moments d’orgasmes auditifs d’une authentique grâce.

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (l’épisode bonus)

Dans cette série d’articles, le Sublimator, rockologue distingué, titulaire d’une maîtrise en elvisologie, aborde les albums « live » de Presley de la période 1969-1977.

Elvis live in Las VegasElvis live in Las Vegas (compilation)

Difficile de terminer cette série sans aborder ce coffret d’inédits réédité par Sony Music en septembre et qui couvre précisément le thème qui nous intéresse. Si tout bon elvisologue qui se respecte a pris l’habitude de se méfier des multiples compilations, souvent redondantes et sans grand intérêt historique pour quiconque possède déjà les albums originaux, quelques objets font exception. A commencer précisément par celui-ci, que l’on peut voir comme un complément indispensable à une exploration sérieuse et approfondie de la discographie live de l’artiste. On y dénombre en effet une foule d’enregistrements de performances scéniques totalement inédites sur le marché officiel. Avec tout d’abord un concert complet capté à l’International Hotel en août 1969 (donc assez semblable à Elvis in person) et un second enregistré au même endroit durant l’été 1970 (comparable, lui, aux shows dévoilés dernièrement sur la très vaste réédition Deluxe de That’s the way it is). Certains specialistes pointus ont plusieurs critiques à formuler au sujet de ces deux concerts : quelques parties de piano mal enregistrées auraient apparemment été omises du mix définitif et un long monologue d’Elvis a semble-t-il été déplacé en fin de disque sans raison apparente… (selon le producteur, c’est pour « faciliter l’écoute du concert »). Mais disons-le clairement : il n’y a pas là de quoi fouetter un chat et ces deux « nouveaux » shows raviront les vrais amateurs tant chaque performance du chanteur s’avérait être une expérience unique en soi.

Pour le reste, outre des enregistrements déjà connus de 1970 (dont la plupart des titres étaient parus sur On stage), Elvis live in Las Vegas présente parmi ses quatre CD et quatre-vingt-neuf titres une multitude de captations jamais dévoilées (ou parfois peut-être sur de rares bootlegs) datant de ses résidences à l’Hilton Hotel en 72, 74 et 75 ; la saison calamiteuse de l’hiver 76 n’est par contre pas documentée et c’est sans doute mieux ainsi. Par contre,  l’éditeur a pris soin d’exhumer de ses archives les extraits d’une prestation peu banale de 1956. C’est un fait relativement peu connu mais Elvis avait en effet déjà tenté sa chance à Las Vegas bien avant d’y établir définitivement ses quartiers à l’orée des seventies. Heartbreak Hotel trônait encore au sommet des charts lorsque la proposition tomba : la jeune star montante était conviée à venir divertir les touristes fortunés avec ses déhanchements diaboliques et ses riffs rock’n’roll lors des soirées de gala du New Frontier Hotel. Elvis y séjourna pendant deux semaines, livrant deux shows par jour accompagné de son trio mythique : Scotty Moore à la guitare, Bill Black à la contrebasse et D.J. Fontana à la batterie – le rock band définitif ! Le quatuor partageait généralement l’affiche avec le Freddy Martin Orchestra tandis qu’un humoriste populaire assurait l’avant-programme. La performance d’Elvis se voulait très énergique et l’affiche précisait d’ailleurs The Atomic Powered Singer ; rien que ça ! Il n’y avait pas encore de cuivres ni de chœur, les musiciens allaient droit à l’essentiel et cela déménageait. L’histoire retiendra toutefois que cette première tentative de conquérir Vegas se solda par un échec colossal tant le public du New Frontier semblait peu préparé à de telles prestations. La set-list, pourtant, donne le vertige : Heartbreak Hotel (sexuelle), Long tall Sally (vrombissante), Blue suede shoes (explosive) et Money honey (pétaradante) sont exécutées à un train d’enfer. L’électricité est palpable, les rythmes irrésistibles, c’est un plaisir exquis pour le rockologue averti comme pour le mélomane lambda que de réécouter presque soixante ans plus tard une musique aussi exaltante.

Elvis & Scotty Moore, Las Vegas, 1956

Elvis & Scotty Moore, Las Vegas, 1956

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (X)

Elvis in concertElvis in concert (1977)

Un live de plus, un  live de trop. Bien qu’il soit sorti deux mois après la mort de l’artiste, cet ultime album est considéré comme faisant intégralement partie de sa discographie car Elvis était au courant du projet et avait marqué son accord pour sa sortie. Enregistré en deux soirs, à Omaha dans le Nebraska et à Rapid City dans le Dakota, Elvis in concert fit également l’objet d’une diffusion en television (une première depuis le concert à Hawaii de 73). Ce dernier live, hélas, qu’il s’agisse du film ou du disque, ne revêt aucun autre intérêt que documentaire tant les prestations du chanteur étaient devenues décevantes. Les images de ce concert font même mal au cœur tant l’idole y apparait sous un mauvais jour. Boursoufflé, balourd, gras et visiblement très affaibli, Elvis était davantage devenu le Burger King que celui du rock’n’roll. Quoi de plus cruel en effet que de superposer les portraits de ce monarque déchu avec le souvenir du jeune dieu à la beauté surréelle qui électrisait les foules et causa une véritable révolution culturelle en 1956 ? A tel point d’ailleurs que la photo choisie par RCA pour illustrer l’album date de… 1975, soit juste avant que sa décrépitude physique soit trop avancée… Le roi est mort, vive le roi dit l’adage, et cela précisément l’année où Joe Strummer hurlait « No Elvis, Beatles and The Rolling Stones in 1977 !! ». La mort de l’artiste avait précédé celle de l’homme.

Mais quand Elvis a-t-il perdu son titre précisément ? Certains rockologues situent la fin de son règne dès 1958, lors de son départ à l’armée. D’aucuns pointent la longue agonie artistique des années 60, lorsqu’il gâchait lamentablement son talent dans des comédies musicales indigentes. D’autres, enfin, pensent que c’est à Vegas qu’il s’est abîmé et qu’a commencé son réel déclin. Peu importe au fond, car Elvis a tout de même eu l’intelligence de comprendre que la vie et la carrière d’un rockeur sont indisociables de la scène… Et de sortir coup sur coup plusieurs disques live importants où l’intensité, la ferveur et l’émotion étaient toujours présentes (Elvis recorded live on stage in Memphis restant probablement le plus complet du lot). Mais pour ce qui est du rock pur et dur, de l’énergie et la puissance, des albums comme Live at Leeds des Who, Made in Japan de Deep Purple ou encore Ziggy Stardust : The motion picture de David Bowie détrônent tous ses enregistrements en public des années 70, et celui-ci en particulier. And now, the end is near and so I face the final curtain, la star ne croyait pas si bien dire lorsqu’elle s’appropria ces paroles de My way. Dans les dernières années, ses concerts décevaient le public et se faisaient systématiquement laminer par la critique. Le pan le plus crédible de sa carrière s’achevait tristement et la vedette absolue, bientôt, terminerait également son existence sur le trône (au sens propre comme au figuré) : la fin triste et bien peu sexy d’une icône devenue pacha. Rideau.

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (IX)

From Elvis Presley Boulevard, Memphis, Tennessee (1976)

From Elvis Presley BoulevardElvis Presley Boulevard, c’est l’adresse personnelle d’Elvis à Memphis. A quarante-et-un an, le chanteur fait en effet déjà partie des rares personnalités américaines ayant eu droit à un tel honneur de leur vivant, et il en est fier. C’est là, au numéro 3764, qu’est implanté Graceland, son imposant manoir aux allures de temple grec. Il possède deux autres confortables demeures en Californie, à Beverly Hills et à Palm Springs, achetées du temps de ses années hollywoodiennes, mais c’est désormais dans le Sud, sur sa terre natale, que le roi du rock’n’roll revient se ressourcer. C’est aussi ici qu’il décide, début 1976, d’enregistrer son nouvel album entre deux éreintantes tournées. Sa ville ne manque pas de lieux de qualité pour ce faire (on pense par exemple à l’American Studio, où il enregistra en 69 le fameux From Elvis in Memphis) mais le roi est fatigué et préfère demeurer en son palais. Il fait donc installer un coûteux studio professionnel dans la Jungle Room, un spacieux salon ainsi baptisé en raison de sa décoration d’inspiration africaine. Il y entame un marathon d’enregistrements nocturnes entouré de ses fidèles musiciens, de ses choristes, J.D. Sumner & The Stamps, et du producteur Felton Jarvis.

Car même si sa pochette précise Recorded live, cet album ne sera absolument pas enregistré en public… (Et de souligner l’absurdité de la décision de RCA  Records de placer une photo du chanteur sur scène comme illustration d’un album studio enregistré à Graceland alors que Elvis recorded live on stage in Memphis, capté en concert, était illustré par une photo de… Graceland). Par « live », on entend ici qu’Elvis et son groupe jouent leurs parties ensemble, dans la même pièce, dans des conditions comparables à celles d’un show. Il ne leur faudra que six nuits pour mettre en boîte dix nouvelles chansons de très haute tenue. Toutes ont pour theme commun les passions amoureuses déçues. Et ce alors que, dans le privé, Elvis vit une relation compliquée avec l’ex-reine de beauté Linda Thompson (*), de quinze ans sa cadette…

Hurt, Never again, Solitaire, Love coming down, I’ll never fall in love again… les titres annoncent la couleur ! Mais la qualité des chansons et la voix d’Elvis – plus profonde, chaude et adulte que jamais – rassurent tout le monde car l’homme est alors au plus mal. Obèse, insomniaque, gavé de medicaments, il sombre peu à peu dans la paranoïa et la démence. Lorsqu’il n’achète pas des voitures de luxe pour les offrir à de parfaits inconnus (dont souvent des policiers), il se goinfre d’hamburgers, s’exerce au tir sur son téléviseur ou fomente des projets insensés. Une nuit durant ces séances, alors que les musiciens sont partis se coucher, il réveille ses gardes du corps Red et Sonny West pour leur parler de son désir d’assassiner tous les dealers de Memphis… Il est pressé d’agir car il pense que l’enregistrement en cours à Graceland lui fournit  un alibi parfait, si bien que les frères West auront du mal à le convaincre de renoncer à cette folie… Le public n’en saura rien sur le moment et se contentera d’acclamer un album studio d’une pure beauté.

Linda Thompson et Elvis

Linda Thompson et Elvis

(*) Cette ex-Miss Tennessee, participante au concours de Miss America et actrice occasionnelle, épousera par la suite le champion olympique d’athlétisme Bruce Jenner, plus connu aujourd’hui comme le beau-père transsexuel de Kim Kardashian… Le monde est petit !

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (VIII)

Elvis Today (1975)Today (1975)

Bien que l’illustration de sa pochette puisse le laisser supposer, Today n’est à l’origine pas un album live d’Elvis. Que du contraire, il s’agit de son tout dernier véritable disque studio. Si l’on en parle ici aujourd’hui, c’est parce qu’il a une actualité qui le place désormais dans la cible de cette rubrique… L’album vient en effet d’être réédité par RCA dans le cadre de sa fameuse collection Legacy avec, en guise de CD bonus, exhumé des archives du label, rien de moins que l’enregistrement intégral d’un concert de la tournée américaine de 1975.

En mars, l’album Elvis recorded live on stage in Memphis avait valu à Presley de remporter le troisième Grammy Award de sa carrière pour l’interprétation toute en puissance et en émotions de How great thou art ; le Grammy du meilleur album de l’année étant remporté par Stevie Wonder. Cette consécration incite Elvis à continuer à tourner de plus belle : il donnera cent-et-sept concerts en tout durant l’année 75, avec un final en forme d’apothéose, le soir du réveillon de nouvel an, en présence de plus de soixante-deux mille spectateurs réunis au Pontiac Silverdome, le stade couvert géant du Michigan (*). Démarrée par une résidence d’un mois au Hilton Hotel de Las Vegas, sa tournée l’amène à traverser une fois encore les Etats américains (les rêves de tournées européennes et asiatiques étant définitivement enterrés…). Les vingt-deux titres proposés sur le CD bonus joint à Today (édité sous le titre Recorded live on tour May-June 1975) sont captés dans des villes du Sud comme Dallas, Houston et, à nouveau, Memphis : soit autant de cités entièrement acquises à la cause de l’enfant du pays.

La question que l’on devine sur toutes les lèvres des apprentis elvisologues : ce ‘nouveau’ live se démarque-t-il d’une quelconque manière des précédents ? A vrai dire, non. La set-list est comparable à celle du concert de 74 à Memphis et, dans les grandes lignes, proche de ce qu’on a entendu à Hawaii en 73 et New-York en 72. La recette est toujours la même : Strauss en intro, suivi de See See Rider, une ou deux séquences ‘hits rock’n’roll vintage’ lourdement réorchestrés (I got a woman, All shook up, Hound dog, etc., sans oublier l’habituel medley), le single du moment (T-R-O-U-B-L-E, précisément tiré de l’album Today), puis place à l’émotion avec le gospel : Why me Lord, How great thou art (livrée dans une version beaucoup moins convaincante qu’à Memphis l’année précédente) et l’inévitable An American trilogy (vandalisée par un cri ridicule juste avant le premier couplet). Et puis, surtout, beaucoup de bavardages… A l’instar d’un Sinatra, Elvis aime un peu trop parler sur scène et plaisanter avec son public (ce qui donna d’ailleurs lieu en 74 au complètement ridicule LP Having fun with Elvis on stage).

On termine, comme d’habitude, avec Can’t help falling in love puis c’est l’habituelle avalanche de tambours et bonsoir tout le monde : Ladies and gentlemen, Elvis has left the building. Thank you and good night. Autant dire donc que ce disque bonus de Today n’apporte pas grand-chose à l’imposante discographie live de Sa Majesté le King Presley. Il retiendra à coup sûr l’attention des collectionneurs et fans obsessionnels du mythe (au même titre que les six concerts inédits dévoilés dans la réédition RCA Legacy de That’s the way it is), mais il ne devrait pas passionner outre mesure le fan lambda (lequel peut continuer à se contenter de Aloha from Hawaii pour avoir un témoignage pertinent de la carrière scénique d’Elvis dans les années 70). Amen.

————

(*) Avec 62.500 spectateurs rassemblés au Pontiac Silverdome le 31 décembre 1975, le triomphe d’Elvis doit être quelque peu relativisé. Il faisait en en effet moins bien que The Who, qui avait vendu près de 75.962 billets pour son concert dans cette même arène trois semaines plus tôt. Led Zeppelin ferait encore mieux deux ans plus tard avec 76.229 entrées payantes. Le record de la plus grande assistance en ce lieu est toutefois détenu par… le pape Jean-Paul II, qui y a ressemblé 93.682 fidèles en 1987. Pour donner un odre de grandeur, précisons que Madonna, au sommet de sa gloire dans les années 80, n’y avait attiré « que » 56.000 fans…

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (VII)

Elvis recorded live on stage in MemphisElvis recorded live on stage in Memphis (1974)

Depuis qu’il a arrêté le cinéma pour se consacrer à la scène (son dernier film, Change of habit, est sorti en 1969), Elvis est sur les routes à longueur d’années. Quand il n’est pas en résidence à l’hôtel Hilton de Las Vegas, il parcourt l’Amérique de long en large, donnant jusqu’à près de deux cents concerts par ans. Fort du triomphe planétaire de Aloha from Hawaii, il entend bien enfoncer le clou. Les performances scéniques de Led Zeppelin, David Bowie, Pink Floyd ou encore les Rolling Stones sont extrêmement bien notées, mais Elvis souhaite démontrer qu’il reste le patron, encore vingt ans après ses débuts. La tournée de 1974 l’amène à battre certains records, notamment lorsqu’il rassemble 88.000 spectateurs déchainés à l’Astrodome de Houston. Son show est de mieux en mieux rôdé mais sa structure reste toutefois quasi identique d’une tournée à l’autre. Comme s’il avait trouvé la formule parfaite, Elvis s’attèle à essayer de l’enrichir année après année mais sans jamais en revoir le concept – ce qui le distingue grandement d’un David Bowie, par exemple. En conséquence, les albums live tirés de ses concerts sont très (trop ?) semblables et, au final, quelque peu redondants.

Contrairement à ce que la pochette du disque peut laisser supposer, cet album n’a pas été enregistré dans sa propriété de Graceland mais bien à environ huit kilomètres de là, au Midsouth Coliseum, une arène d’une capacité de 12.300 spectateurs. Elvis n’avait plus joué dans sa ville natale de Memphis depuis 1961, son passage ici est donc un véritable évènement. La demande de billets est telle qu’il va y donner non pas un  mais cinq (!) concerts consécutifs ; le dernier, le 20 mars étant celui qui sera gravé pour la postérité et commercialisé. Son nouvel album studio, le très réussi Good times (enregistré aux Stax Studios, également à Memphis) sort le même jour mais Elvis n’en défendra aucune chanson ce soir. Comme pour les live à Hawaii, New-York ou Las Vegas, la set-list se  partage entre vieux classiques du rock’n’roll revisités, ballades et morceaux épiques plus contemporains. La seule réelle nouveauté, et par ailleurs l’incontestable point d’orgue de ce concert, sera l’interprétation toute en puissance et en émotions de How great thou art, une chanson gospel initialement parue en 1967, entièrement réorchestrée et devenue, en live, un sensationnel morceau de bravoure (et le principal intérêt de ce disque pour quiconque possède déjà les précédents).

PS : Ce live a fait l’objet en 2014 d’une réédition RCA Legacy sous la forme d’un double CD comprenant l’intégralité du concert de Memphis (vingt-cinq titres au lieu des quinze du disque vinyle original) et, en bonus, un second concert inédit capté quelques jours plus tôt en Virginie, au Richmond Coliseum.

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (VI)

Having fun with Elvis on stageHaving fun with Elvis on stage (1974)

Une escroquerie doublée d’un énorme foutage de gueules… Comment qualifier autrement cette idée née du cerveau cupide du Colonel Parker ? Comme si les nouveaux albums studio (deux par an en moyenne), les multiples disques live (déjà cinq depuis 1969, et un sixième, enregistré à Memphis, allait débarquer en juillet), les nombreuses compilations (Elvis : A legendary performer, Volume 1 venait de sortir) et les concerts (157 de planifiés rien que pour cette année) ne suffisaient pas à remplir le tiroir-caisse, il lui en fallait toujours plus… Plus, plus et encore plus de dollars ! D’où cette sortie ubuesque : un trente-trois tours rassemblant des interventions parlées d’Elvis durant ses spectacles. Trente-sept minutes de plaisanteries et de monologues particulièrement peu intéressants, souvent des introductions de chansons qu’on… n’entendra pas. Arnaque d’autant plus colossale que le titre de l’album et sa couverture peuvent effectivement laisser penser à l’acheteur qu’il s’agit d’un nouvel enregistrement de concert (la mention ‘A talking album only’ est – délibérément ? – bien trop discrète).

Cette manœuvre en dit long sur les desseins du Colonel : l’homme en charge des intérêts du plus grand chanteur de rock en activité édite un album sur lequel son poulain… ne chante pas. RCA ne touchant aucun droit sur les bavardages d’Elvis sur scène, et aucun musicien ne devant être rémunéré pour l’occasion, le profit est maximal pour l’artiste et son manager. Edité sur Boxcar Records, le propre label de Parker, le disque ne sera d’abord vendu qu’au merchandising des concerts, puis brièvement commercialisé par RCA Camdem. Malgré une condamnation unanime de la critique, il réussira la prouesse d’entrer dans les charts (mais combien de fans l’ont vraiment acheté en connaissance de cause ?). Retiré de la vente après quelques mois à la demande expresse d’Elvis, qui n’assumait pas l’initiative, il s’agit de son seul disque qui n’a jamais été réédité en CD. Having fun with Elvis on stage est aujourd’hui encore fréquemment classé dans les listes de « pires albums de tous les temps », titre peu enviable qu’il dispute au scandaleux Metal Machine Music de Lou Reed.

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (V)

Aloha from Hawaii 1973Aloha from Hawaii via satellite (1973)

De tous les albums live présentés dans cette série, celui d’Hawaii reste de loin le plus célèbre et celui qui a le plus marqué l’inconscient collectif des années 70. La raison tient en mot: mondovision. Le concert du 14 janvier 1973 à Honolulu fut en effet diffusé en direct à la télévision sur les cinq continents et suivi par plus d’un milliard de téléspectateurs selon les estimations les plus optimistes. Annoncé plusieurs mois à l’avance comme l’un des plus grands évènements de l’histoire de la pop culture moderne, ce programme constitua sans surprise la plus grosse audience de l’année dans la plupart des pays. Et Elvis, dans son costume blanc flamboyant, de se rêver en maître du monde libre. Ses années de disgrâce hollywoodienne semblaient déjà loin et, à défaut d’être encore le roi du rock (trône détenu, en 73, par Monsieur Iggy Pop), il était incontestablement devenu celui de l’entertainment.

Avec ce concept de show diffusé dans le monde entier par satellite, il innovait une fois encore après avoir déjà plus ou moins inventé la formule du concert « unplugged » lors de son come-back télévisé de 1968 (NBC-TV Special). Le concert d’Hawaii fut ensuite inévitablement immortalisé et commercialisé sous la forme d’un double album en quadriphonie (une première dans la discographie d’Elvis !). Et malgré la proximité de la sortie du live à New-York, paru seulement sept mois plus tôt, ce fut un triomphe : Aloha from Hawaii détrôna The dark side of the moon de Pink Floyd au sommet des charts américains et fut certifié disque de platine à cinq reprises (cinq millions de ventes).

A posteriori, les elvisologues voient en cet album à la fois un sommet en terme de succès populaire mais aussi un tournant sur le plan artistique. Las, le tour de chant d’Elvis commençait en effet à devenir quelque peu répétitif et convenu, avec son immuable thème de 2001 : A Space Odyssey en intro, puis les habituelles séquences nostalgie (avec ses tubes rock’n’roll des débuts de plus en plus dénaturés par les cuivres), quelques ballades romantiques enlevées, un pic émotionnel frissonnant durant An American trilogy et une démonstration de puissance vocale sur Can’t help falling in love pour conclure, au revoir et merci. Au final, au-delà de l’évènement télévisé au retentissement planétaire, cet album n’apporta pas grand-chose à l’œuvre scénique et discographique d’Elvis tant tout était dit depuis le live au Madison Square Garden.

Petite leçon d’elvisologie : les « live » 70’s (IV)

Elvis as recorded at Madison Square GardenElvis as recorded at Madison Square Garden (1972)

Sans doute lassé des concerts à Las Vegas, où il continue de se produire fréquemment en résidence à l’hôtel Hilton, Elvis décide de partir sur les routes pour une longue tournée nord-américaine. Celle-ci le mène en juin 1972 à New-York, au Madison Square Garden, salle d’une capacité de vingt mille spectateurs. Il y donnera quatre concerts sold-out en trois jours. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s’agit d’une grande première car Elvis ne s’était encore jamais produit à New-York… Ce qui est rare est précieux et tout le gotha rock se donne donc rendez-vous pour ce qui a déjà des airs d’évènement historique : Bob Dylan, David Bowie, George Harrison, Simon & Garfunkel, Led Zeppelin et le jeune Bruce Springsteen sont tous présents au Garden au moins un des trois soirs. Selon la légende, certains de ces spectateurs VIP, à l’instar des membres de Led Zep, termineront la nuit en festoyant en backstage avec le King, quelques caisses de whiskey et une foule de groupies… Rien de très inhabituel, en somme.

Le show d’Elvis et de son désormais immuable gang (James Burton et John Wilkinson aux guitares, Jerry Scheff à la basse, Ronnie Tutt à la batterie, Glen D. Hardin au piano) est parfaitement rodé, avec dorénavant Also Sprach Zarathustra de Strauss jouée par l’orchestre en intro. Suivent les inévitables séquences rock’n’roll vintage (dont les puristes regretteront certaines orchestrations jugées trop lourdes) et des ballades de très haute tenue prétextes à des performances vocales inégalées (citons Something de George Harrison et You’ve lost that lovin’ feelin’ de Phil Spector). Le plus beau moment du concert – et peut-être de la carrière live d’Elvis jusqu’alors – est atteint pendant l’inteprétation d’An American trilogy, un poignant hymne sudiste en trois actes.

PS : A l’occasion du quarantième anniversaire de la sortie de cet album, une réédition RCA Legacy a réuni en 2012 ce concert et un second de la même série qui était précédemment sorti en bootleg et connu des collectionneurs sous le titre An afternoon in The Garden. Le coffret, luxueux et très bien documenté, est paru sous l’intitulé Prince from another planet, en référence à une chronique élogieuse du concert parue le jour suivant dans un journal new-yorkais.

Petite leçon d’elvisologie : les « live 70’s » (III)

Elvis That's the way it isThat’s the way it is (1970)

Moins de six mois après On stage parait déjà un nouveau 33 tours d’Elvis. Il s’agit cette fois d’un album mixte, dans le sens où il assemble sur ses deux faces des titres captés devant un public et quelques autres enregistrés en studio. Ces derniers résultent de sessions légendaires à Nashville dont sera également tiré l’album concept Elvis Country. Quant aux titres en live, ils proviennent d’enregistrements de prestations captées durant la troisième saison d’Elvis à Las Vegas, intitulée Summer Festival et s’étirant tout au long du mois d’août 1970. Au vu du succès des deux premières campagnes et de l’énorme demande de billets insatisfaite, la direction de l’International Hotel a en effet convié Elvis et sa troupe de tueurs (la fameuse Memphis Mafia !) à séjourner dans le Nevada pour un mois supplémentaire. Cette série de shows fera également l’objet d’un film documentaire, Elvis : That’s the way it is, réalisé par Denis Sanders et projeté dans les cinémas du monde entier (et aujourd’hui disponible en DVD).

Désormais comme chez lui à Vegas, où il festoie avec tout le gratin local (des stars comme Sammy Davis Jr. mais aussi divers mafieux notoires), le chanteur est de plus en plus posé : il place la barre sans cesse plus haut. Rien n’est trop beau pour lui, pas même la sublime Bridge over troubled water de Simon & Garfunkel. Cette émouvante reprise referme la seconde face du disque avec une majesté sans doute encore jamais atteinte précédemment par l’artiste.

PS : L’album et le film du même nom ont fait l’objet en 2014 d’une ultra luxueuse réédition RCA Legacy comprenant huit CD (six concerts complets et une foule de raretés en bonus) et deux DVD (le second présentant près de cent minutes d’images non utilisées lors du final-cut du film).